La molécule du mois #2 - Le linalol

Bonjour bonjour !


gif

On se retrouve pour un nouvel article de la série « molécule du mois » !

La molécule à l'honneur pour ce mois de juillet : le linalol.


Qui est-il ? Que fait-il ?

Sa fiche d'identité


Ses caractéristiques


Autant dire qu'il a sa place toute trouvée ce mois-ci !

Mais bigre ! me direz-vous, où le trouve-t-on ?

Dans les huiles essentielles suivantes :


  • Très forte concentration (> 60 %)

- Coriandre, Coriandrum sativum L.


  • Forte concentration ( 30 - 60 %)

- Thym à Linalol, Thymus vulgaris ct linalol

- Lavande Aspic, Lavandula latifolia

- Lavandin Super, Lavandula hydribada var super

- Néroli, Citrus x aurantium ssp. Amara fleurs

- Lavande Fine et Vraie, Lavandula angustifolia ou vera

- Khella, Ammi visnaga (L.) Lam.


  • Concentration moyenne (15 - 30 %)

- Petit Grain Bigarade, Citrus x aurantium ssp. amara feuilles

- Basilic, Ocimum basilicum


  • Anecdotique (< 5 %)

- Romarin à Verbénone, Rosmarinus officinalis L. verbenoniferum

- Thym à thymol, Thymus vulgaris ct thymol


Je n’ai pas tout listé mais on le retrouve dans une grande majorité d’huiles essentielles, que ce soit en quantité honorable ou à l’état de traces.

gif

« Diantre ! Et j’en fais quoi de tout ça ? »

Des tas de choses !

Comme dit précédemment, le linalol est assez commun. Il est de la famille des monoterpénols, eux-mêmes issus de la famille des monoterpènes (j’en vois deux qui suivent !).


On passe sur la chimie pure et ce qu’il faut retenir c’est que les monoterpénols… Ils sont très énervés et anti-beaucoup de choses.


Des rebelles au cœur tendre malgré tout, car ils vont nous rendre pas mal de services :


- anti-infectieux polyvalents

- Anti-bactériens – et comme ils aiment rester en bande, ils auront une très grande action synergique entre eux –

- Anti-viraux en association – oui parfois ils sont civilisés – avec le 1,8 cinéole, autrement dit l’eucalyptol ou des monoterpènes (tous les monoterpènes ne sont pas des monoterpénols, vous me suivez ?)

- Ils sont toniques, aussi bien généraux que neurotoniques

« D’accord c’est super, mais ça répond pas trop à ma question… J’en fais quoi de ces huiles, là ? La coriandre et la lavande aspic, même combat ? »


Pas tout à fait.


Si on prend l’exemple de la coriandre, elle sera une excellente carminative et tonique digestif ; pour rappel, très forte concentration de linalol donc tonique tête et corps, action que l’on retrouvera dans cette sphère. Elle pourra même être euphorisante à haute dose


On remarquera également que dans la liste citée, on retrouve beaucoup d’aromates : thym, romarin, coriandre, basilic, entre autres. Ils seront très utiles pour la sphère digestive, mais sont également de très bons anti-infectieux.


Le reste de la liste est composée d’agrumes : ils auront plutôt ce côté calmant reconnu.


Pour l’anecdote et illustrer à quel point ça peut vite être personnel et une question de dosage :


Je débutais totalement et j’avais ouï-dire que le petit grain bigarade (PGB pour les intimes) était un très bon sédatif. Bon perso, j’aimais surtout son odeur, je n’ai pas spécialement de problèmes de sommeil. Un soir, je me dis que je vais tester, si l’usage dit queAlors ça doit bien marcher. Je tente quelques gouttes sur l’oreiller, je respire profondément… Je re-respire parce que quand même, ça sent super bon ! et… Mui, sans plus. Je m’endors comme d’habitude, ni plus ni moins.


Je réitère parce que j’aime bien tester et voir quels effets ça peut avoir concrètement, mais c’est encore autre chose : je suis… stimulée. Je ne comprends pas trop pourquoi à ce moment là, mais quand je l’utilise, je suis… Tonifiée eh oui 😉

Et la petite confidence en passant : celle qui m’assomme c’est… l’eucalyptus citronné ! Je l’avais essayée en anti-moustique, quelques gouttes sur l’oreiller aussi… Qu’est-ce que j’ai bien dormi ! Non, l’effet anti-moustique n’était pas simplement d’avoir dormi comme une masse et rien entendu… Je n’avais pas de piqûres au réveil !


Quand on vous dit que le dosage est important, et les synergies aussi !


D’ailleurs ceci illustre le cas de la lavande aspic, qui aura une concentration linalolique (oui j’aime bien) moindre, donc d’autres effets car plus riche d’autres molécules, sa concentration en linalol permettant néanmoins de garder cet effet sédatif (voire de le booster en « soutenant » l’acetate de linalyle dont le linalol est un précurseur, mais je m’égare).


Ce que l’on retiendra de lui :


- Il n’aime pas grand monde et fait la chasse aux microbes, bactéries et tout ce qui s’y rapporte

- Il va apporter de l’engouement dans les rassem… euh… Il est tonique !

- Il sait également se détendre


Petit bémol :


Il est reconnu comme l’une des 25 substances allergisantes dans la parfumerie.


Il me semble important de souligner qu’il ne faut pas l’éviter pour autant, car ici :


- Il est naturellement présent

- En majeure partie des cas, seront réactives les personnes déjà sensibles à ces substances

- La possibilité de réactions est beaucoup plus importante avec la molécule reproduite, donc synthétique


Du reste, on applique toujours les précautions :


- Test dans le pli du coude et on attend 2 h pour voir s’il y a réaction, 48 h pour voir s’il y a allergie

- On dilue suffisamment dans une huile végétale selon l’usage


Voilà, je crois que vous avez fait connaissance avec notre ami linalol 😊


Le mois prochain, on inspirera profondément avec… L’eucalyptol 😉


D’ici là, n’hésitez pas à laisser vos commentaires sur ma page Facebook.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout